Quelles dispositions permettent d’éviter les contaminations croisées ?

contaminations croisées

La contamination croisée survient dans le cas où une petite quantité de micro-organisme contenu dans un produit donné est introduite par accident dans un autre. Les conséquences ne sont pas négligeables, d’où la nécessité d’adopter des mesures strictes pour éviter ce genre de situation.

Contamination croisée : définition et principe

La contamination croisée est la conséquence d’un transfert physique ou d’un déplacement accidentel d’un danger de nature chimique, biologique ou physique d’un objet, d’une personne ou d’un endroit à l’autre. Un tel risque, étant donné son importance, est susceptible d’altérer la qualité d’un produit consommable, d’où la nécessité de mettre en place un système de gestion maîtrisé. Le risque peut arriver à toutes les étapes d’un processus de fabrication de produit. La prévention des contaminations croisées est ainsi un véritable enjeu. Dans le cadre des plans de contrôle préventif, c’est un volet essentiel. Une analyse des risques et des points de contrôle permet de détecter les sources de la contamination croisée et de les prévenir.

En préparation culinaire, un exemple courant est l’utilisation d’une même planche pour la découpe du poulet et des tomates. Si le poulet est bien cuit, il n’y a aucun risque. En revanche, lorsque la tomate est à consommer crue, la contamination croisée est potentiellement présente. L’utilisation d’un purificateur d’air fait partie des solutions à envisager. Pour en savoir, plus, rendez-vous sur le site airinspace.com.

Les facteurs à l’origine d’une contamination croisée

L’adoption de la méthode adéquate pour prévenir la contamination croisée nécessite avant tout une bonne compréhension de la manière dont cela se produit. De plus, dans des espaces sensibles, la surveillance qualité de l’air intérieur erp est de mise. Par exemple, dans le cadre de la conception d’un équipement, le phénomène peut avoir lieu lors de raccordements croisés entre une chaîne de production alimentaire (entre aliments transformés et non transformés). Si, de plus, on utilise des produits chimiques pour le nettoyage, cela peut engendrer des dépôts de résidus sur les surfaces en contact avec les aliments. De même, la présence de vermine, l’entassement de déchets ou la manière dont ceux-ci sont entreposés peuvent être à l’origine de contamination croisée.

Dans la préparation de plats crus, l’utilisation de mêmes équipements ou plans de travail représente un risque. En outre, l’exposition aux allergènes, les procédures de désinfection ou les éclaboussures d’eau contaminée dans les lieux de transformation d’aliments sont des sources potentielles.

La contamination croisée se produit également lorsque les employés ne respectent pas le sens de circulation entre les aires pour produits de base et pour produits finis. Le défaut d’application des mesures d’hygiène ou le port de tenues souillées peuvent aussi provoquer le phénomène.

Cabinets médicaux : un lieu de cohabitation des polluants

S’il y a un lieu qui exige une hygiène irréprochable, c’est dans les cabinets médicaux et tous les espaces référés au secteur de la santé. Or, les allées et venues permanentes dans ce genre d’espace sont propices aux contaminations croisées. C’est le cas de la pollution de l’air qui pénètre dans les locaux, les allergènes ou les poils d’animaux qui se déposent sur les vêtements, les moisissures ou les spores qui se développent un peu partout. Dans le domaine pharmaceutique, il peut y avoir une contamination croisée directe ou indirecte. Le phénomène peut survenir aussi bien lors de la fabrication proprement dite des produits pharmaceutiques qu’au cours du conditionnement ou de la répartition. On distingue également une contamination croisée successive ou simultanée. Dans le premier cas, cela concerne deux produits fabriqués à partir d’un même équipement, les éléments du premier affectant ceux du deuxième. Dans le second cas, cela se produit lors d’un processus de fabrication qui se déroule près d’un autre. L’utilisation d’un purificateur d’air s’avère dans ce cas très utile, l’environnement commun à deux processus étant ainsi assaini en un seul geste.

Purificateur d’air pour les professionnels

Face à cette affluence constante de substances nocives, l’installation d’un Purificateur d’air bureau dans les lieux de travail sensibles prend tout son sens. Dans les cabinets médicaux par exemple, cela participe à la fois à la sécurité du personnel soignant et des patients. Vous avez certainement déjà été dans une salle d’attente bondée de patients, dont certains toussent sans arrêt. Dans une telle situation, on ne peut s’empêcher de penser à la contagion ! En effet, les cabinets médicaux peuvent être des lieux privilégiés pour les contaminations croisées. Avec l’usage d’un purificateur d’air professionnel dans une pièce, l’absorption immédiate de l’air afin qu’il soit assaini est assurée. Les substances néfastes sont emprisonnées dans le système de filtration et une brise pure ressort du dispositif. Dans tous les cas, l’hygiène des mains et le respect de la distanciation sociale restent de mise pour limiter les risques. Outre ces mesures de protection, le purificateur d’air procure un bien-être optimal pour tout le personnel administratif ou médical. La productivité s’accroit en raison de la réduction de l’absentéisme pour maladie.

Trouver la meilleure qualité de CBD à Paris
Le cannabis, un allié thérapeutique contre de nombreuses maladies