L’horodatage, un outil essentiel pour garantir l’intégrité de vos documents

horodatage

L’horodatage consiste à attacher une date et une heure exactes à un événement. Cela peut être observé dans des documents stockés sur un ordinateur ou sur des tickets de stationnement. Les entreprises rédigent de nombreux documents qui doivent être échangés avec leurs employés, partenaires et clients, et l’un des avantages de l’horodatage est de certifier les dates et heures des signatures électroniques. Il permet également de vérifier le moment où l’on reçoit un courrier numérique, de prouver l’heure des ventes et des achats tout en émettant des factures datées.

À quoi sert un horodatage certifié ?

Un horodatage certifié est la preuve qu’un document n’a pas été modifié et qu’il a été généré avant d’autres documents similaires. Il permet également de certifier la date et l’heure d’envoi d’un courriel. C’est utile en cas de litige, où une preuve est requise. Comme de nombreuses entreprises doivent transmettre de nombreux documents numériques, les jetons d’horodatage fournissent une preuve irréfutable. Les documents électroniques tels que les factures, les fiches de paie et les documents juridiques signés doivent être horodatés pour garantir la conformité.

Les documents électroniques peuvent être chiffrés avec un horodatage pour empêcher les changements de date et d’heure. Pour ce faire, on utilise un outil sécurisé conforme à la norme FIPS qui produit un sceau électronique ou un jeton d’horodatage. Avec la règle européenne eIDAS, un horodatage certifié affirme l’existence du fichier à une date et une heure fiables. Ce cachet certifie l’intégrité du document et garantit qu’aucune modification n’a été apportée au document depuis la date indiquée. Pour être considérée comme une Autorité d’horodatage authentique, ou AH, l’administration tierce utilisée doit employer du matériel sécurisé conforme aux normes FIPS et RFC 3161. Sur universign.com, trouvez plus de détails sur l’horodatage électronique.

Comment fonctionne l’horodatage ?

En réalité, les autorités d’horodatage utilisent une infrastructure à clé publique, également connue sous le nom de PKI. Lorsqu’un client a besoin d’horodater un événement, il utilise PKI pour mettre en œuvre plusieurs étapes techniques. Tout d’abord, le client calcule une valeur de hachage (ou identifiant unique) pour les données ou le fichier à horodater. Ensuite, la valeur de hachage est envoyée à l’Ah pour être stockée. Toute modification du fichier original sera remarquée par l’AH, même un changement d’octet sera détecté. Une autorité d’horodatage utilise sa clé privée pour signer numériquement un hachage combiné à d’autres données, comme l’heure de référence. Cette signature est ensuite renvoyée au client sous la forme d’un jeton d’horodatage. L’application client utilise ce dispositif contenu dans le document ou le code signé pour confirmer ultérieurement l’horodatage. Le jeton est enregistré par l’application cliente après sa réception.

Une fois que le fichier a un horodatage, l’application cliente utilise la clé publique de l’autorité d’horodatage pour authentifier les données. L’application client recompile alors un hachage des données d’origine en les comparant. Si les hachages ne correspondent pas, le système envoie des messages mettant en doute la validité des données éventuellement modifiées.

Les divers usages du certificat électronique !

Les signatures électroniques sont considérées comme certifiées et authentiques. Cependant, l’absence d’horodatage les empêche d’être légalement reconnues. Il est donc impossible de garantir qu’un document n’a pas été modifié depuis qu’il a été visé par l’autorité d’horodatage électronique. De nombreux cas dans les sphères publiques et privées utilisent ce système pour résoudre des désaccords.

Lorsqu’un document numérique ou une série de données doit être certifié comme existant à un moment précis, un cachet électronique est nécessaire. De nombreux pays exigent des cachets électroniques sur les factures, qui sont archivées pendant une période minimale. Cela permet de préserver l’intégrité et l’authenticité des factures grâce à l’application de sceaux électroniques. En outre, les sceaux électroniques peuvent être appliqués à la propriété intellectuelle, comme les livres, comme garantie contre le plagiat. Avant qu’une réclamation puisse être faite, les contrats d’assurance doivent être signés. En outre, le secteur des assurances exige que les demandeurs fournissent la preuve de la date à laquelle les photos ont été prises.

L’horodatage et la signature électronique !

Les signatures électroniques sont utiles car elles fournissent des preuves solides que les entreprises peuvent posséder. Elles permettent également de gagner du temps en permettant la signature instantanée de documents au lieu d’exiger une signature physique. En outre, les signatures électroniques peuvent être horodatées de manière à prouver que le document n’a pas été modifié après une date donnée. Cela aide les entreprises à protéger leur propriété intellectuelle et à accélérer les transactions. Le cachet de la signature électronique comporte donc un horodatage qui prouve sa validité à long terme. Après avoir authentifié le cachet, n’importe qui peut vérifier l’authenticité de la signature à tout moment.

Il est important de faire confiance à un fournisseur tiers lors de la mise en place d’un horodatage certifié. Cela vous permet de bénéficier de nombreux avantages. Certains fournisseurs proposent un horodatage parallèle en prenant en charge les signatures électroniques. Ainsi, vous pouvez prouver l’authenticité des documents et vous protéger.

Le ventilateur de plafond : un allié de la climatisation
La note de frais, un outil indispensable au bon fonctionnement de l’entreprise