CBD et test salivaire : de quoi parle-t-on ?

Pour les automobilistes et motards, le dépistage salivaire pour le THC est une action loin d’être anodine en 2021. Dans certaines limites, le CBD peut interagir avec ce test, bien qu’il ne soit pas prohibé en France (sous quelques conditions). Découvrez ici comment, quand et pourquoi vous devez faire attention lorsque vous consommez de CBD.

Dans le CBD, le taux en THC n’est-il donc pas inférieur au seuil légal ?

Vous vous demandez certainement que vient faire le CBD au test salivaire. Eh bien, lorsque vous faites l’acquisition d’un produit à base de cannabidiol ou CBD, si ce produit renferme du THC, le taux de ce dernier doit être inférieur au seuil autorisé qui est de 0,2%. A cause du non-respect de ce taux, la société ne sera pas qualifiée à mettre en vente ce produit (vous l’aurez certainement compris). Vous pouvez aussi être positif suite à un test salivaire à cause de l’huile de CBD ou des fleurs de CBD. Voyez, par exemple, le Satyva, en l’espace de 20 minutes, si vous consommez une dizaine de grammes de cannabidiol, vous pourrez être positif à un test de THC. Certes, cela demeure très aléatoire, mais il est tout de même important de le savoir. L’huile de cannabidiol sublinguale pourra autant vous rendre positif à un test salivaire. Bien qu’il existe de nombreux types d’huiles de cannabidiol, la seule qui renferme du THC est l’huile à spectre. Effectivement, le taux de THC dans cette huile doit aussi obligatoirement respecter la loi en vigueur.  Si vous consommez de nombreuses gouttes, le risque demeure  présent. Ainsi, du CBD au test salivaire, il n’y donc rien d’anodin.

L’importance et le fonctionnement du test salivaire

Un test salivaire permet de faire le dépistage de la consommation récente de stupéfiants chez un individu. Il s’agit d’un type de dépistage « qualitatif ». Cette méthode permet de connaître si la drogue circule dans votre organisme, et non pas de déterminer exactement en quelle quantité. Pour relever dans votre salive la présence de substances stupéfiantes, un réactif chimique immerge le bandage de prélèvement. Ce réactif est conçu de façon à fournir un résultat positif si dans l’échantillon la particule repérée dépasse le seuil de concentration autorisé. Si votre salive ne renferme pas le composant chimique recherché, il apparait un simple bandage témoin attestant qu’il n’est pas défectueux. Le test est donc négatif. Si dans le prélèvement, les principes actifs de la drogue à dépister sont présents, il s’affiche à côté du témoin un autre marqueur qui montre que le test est positif. Cela fonctionne donc un peu comme chez un test de grossesse, sauf qu’ici c’est la salive qui est testé et non pas l’urine.

Le test est positif suite à une prise plus ou moins récente de cannabis

Toujours au sujet du CBD au test salivaire, notez que la durée de la découverte du THC dans la salive est changeante, selon le type de consommateur. Bien que cela soit une éventualité, une consommation passive de marijuana chez un individu ne fumant pas habituellement de joint est modérément responsable d’un faux positif. Après avoir fumé un pétard, une personne fumant occasionnellement aura un test positif pendant 6 à 8 heures. Quant à un consommateur régulier, même s’il ne fume tous les jours, il risque de faire face à un test positif durant 24 h. Un individu qui utilise une quantité conséquente d’herbe chaque jour, quant à lui, peut conserver dans sa salive des traces de THC jusqu’à 8 jours après sa dernière prise. Pour mieux vous éclairer sur le sujet, voici un exemple concret. Votre ami, amateur de cannabis, a pris la décision de lever le pied sur la fumette. En vue de réduire le stress lié à l’arrêt du joint, il est convaincu que le CBD pouvait lui être d’une grande utilité. Il se fait arrêter lors d’une sortie en voiture et on le sollicite de faire un test salivaire. Si l’usage de cannabis le plus récent date de moins d’une semaine, son test salivaire sera probablement positif, alors qu’il n’a pris que du CBD.

En cas de test positif, comment démontrer que l’on a consommé que du CBD ?

À moins qu’un test salivaire soit désuet ou défectueux, les cas de faux positifs sont très rares en l’absence d’une prise de THC. L’ organisme ne crée pas de tétrahydrocannabinol. Les seuls produits qui peuvent en apporter sont le chanvre et ses dérivés. Cependant, ce n’est pas parce que votre test est positif que forcément vous conduisiez sous l’emprise d’une drogue. Si vous êtes sûr de vous, pour confirmer vos dires, vous pouvez solliciter que l’on vous fasse une prise de sang. Ce contre-examen doit être demandé dans les 5 jours qui suivent l’expertise initiale. Selon la quantité de THC relevée dans le prélèvement de sang, le biologiste pourra voir la senescence de la consommation ou même l’absence absolue de la molécule. Si les traces de THC contenu dans le produit à base de CBD ont été à l’origine de la positivité du test, l’examen sanguin pourra aussi en attester. Ces informations vous ont donc certainement permis d’élargir vos connaissances sur la détermination du taux de CBD au test salivaire.