Web : le défouloir chinois

Aussi étrange que cela puisse paraître, le pays de la censure vient de lancer un forum de discussion communautaire offrant à la population la possibilité d’exprimer franchement son opinion sur la marche du pays et le pouvoir en place.

En quelques semaines, le site connaît déjà un gros succès virtuel. Si de nombreux messages chantent les louanges du parti communiste en place, des dizaines de milliers de messages affluent pour aborder de façon directe les problèmes de liberté d’expression,  et de corruption. Les préoccupations les plus fréquentes portent sur la collusion de responsables locaux corrompu, et la hausse des prix de l’immobilier, laissant les considérations sur le respect des droits de l’homme aux Occidentaux.

Ce geste d’ouverture semble surprenant vis à vis du grand  firewall chinois, même si l’expression de l’opinion publique est une tradition de la Chine impériale. Elle rappelle les Dazibao, ces affiches placardées dans les rues par de simples citoyens pour critiquer l’administration du magistrat impérial. Elles devinrent des instruments de délation lors de la révolution culturelle, et furent interdites dans les années 1980.