Télé-RealPolitik

La télévision aujourd’hui ne fait pas que des graines de star. Et à qui veut gagner des élections ? un anglais semble avoir trouvé les bonnes réponses ! Leader des libéraux-démocrates, il a interprété avec brio sa partition lors du premier débat politique télévisé d’Angleterre le 15 avril dernier. Il lui faudra cependant transformer l’essai pour marquer significativement sa voix entre Travaillistes et Conservateurs.

La scène a lieu au Royaume-Uni, en pleine campagne pour des élections que la presse anglaise considère déjà comme les plus importantes depuis l’ère Tony Blair de 1997, et qui pourrait voir s’achever 13 années de pouvoir travailliste. Gordon Brown en obtenant la dissolution et la tenu de nouvelles élections, le 6 mai prochain a beaucoup à jouer … et à perdre !

Trois ans de pouvoir, une difficile crise économique, une relance qui tarde, et plusieurs scandales de notes de frais plus tard, c’est un Gordon Brown marqué qui doit faire face à une opposition jeune et dynamique. A l’image des deux chefs de files des partis de l’opposition ; 43 ans chacun, David Cameron, en tête des sondages actuellement, pour les conservateurs et Nick Clegg pour les libéraux-démocrates. C’est en tout cas ce que reflètent les premiers débats télévisés.

Clegg grand gagnant télévisuel ?

Il s’appelle Nick Clegg, il est polyglotte et diplômé du College of Europe de Bruges, il nous vient tout droit d’Angleterre. Non, non, ce n’est pas un nouveau lofteur, lui, c’est le chef des « lib-dem » (libéraux démocrates) et c’est lors du premier débat télévisé du 15 avril dernier, que le Royaume Uni semble l’avoir découvert ou redécouvert !
Premiers débats télévisés jamais organisés entre les chefs des trois principaux partis, au Royaume Uni, Clegg est sorti de l’ombre et a fait une percée remarquée dans l’opinion publique.
A la suite de ce premier débat consacré à la politique intérieure, les sondages post-débat ont montré une avancée très nette des libéraux-démocrates avec 43% d’intentions de vote, contre 26% pour David Cameron et 20% pour Gordon Brown, le Premier ministre sortant. Des chiffres à relativiser puisque le système électoral britannique favorise les deux grands partis. Mais c’est sans compter, avec la possibilité d’une coalition nécessaire pour gouverner le pays.

Une campagne médiatique !

Tout au long des trois rendez-vous télévisés et sur Internet, les candidats devront contrôler leur image, encore plus aujourd’hui qu’hier. Sachant que ces débats télévisés sont suivit par près de 30 millions de personnes, et que 50% des anglais -soit 15 millions de personnes- ont affirmé que ces débats pourraient avoir une influence sur leur vote, les candidats savent qu’ils doivent briller ou du moins ne pas faire de vagues ! D’autant plus que cette campagne est suivie 24h/24 par tous les grands médias anglais, sur Internet, sur des blogs, par des analyses, des sondages, des cartes interactives à l’appui ( BBC, Daily Telegraph… ) et sur Facebook ! Et terre de paris oblige,  à travers les sondages aussi !

Et toujours Clegg d’y figuré bon outsider !  Le débat d’hier ne donne pas de réel vainqueur, et le candidat centre gauche, très attendu par ses adversaires, a bien résisté ; malgré l’oubli malencontreux dans un taxi, d’une partie de sa stratégie, étalée dans le « Sun » mercredi dernier.

Quoi qu’il en soit, il reste toujours un dernier débat télévisé, retransmis sur la BBC, avec un des sujets incontournables de cette élection : l’économie ! Et, on en oublierait presque, que les élections se feront aussi et malgré tout dans les urnes !