Mexico en folie

Après Mexico, je poursuis mon échappée mexicaine dans l’Etat de Veracruz au coeur de la région magique des Tuxclas.

Jeudi, 17h00 : en route vers Jalapa

Je quitte la capitale et les embouteillages de sa périphérie. La route sinueuse de Puebla, qui dépasse le majestueux Popocatepetl – un des volcans encore actifs les plus connus du Mexique – nous mène au bout de quelques heures à Jalapa. Nous y faisons une halte.

Place de la Cathédrale. Les rues sont encore animées et la foule importante. La température ambiante est montée en flèche et l’humidité s’est invitée à notre voyage. Il est 21h00, le climat est clairement tropical, nous ne sommes plus qu’à 600 mètres au dessus du niveau de la mer. Il doit faire près de 30 degrés, mes vêtements me collent à la peau, mais je sais que les côtes du Golfe du Mexique ne sont plus très loin alors pas question de se plaindre ! Je dors ce soir dans le joli village de Coatepec situé à quelques kilomètres.

Vendredi, 12h30 : arrivée à la Lagune de Catemaco

Le lendemain, pour éviter de ne souffrir de la trop grosse chaleur lors du trajet, réveil aux aurores ! La route pour atteindre la zone protégée des Tuxclas est splendide, extrêmement variée. D’un paysage lunaire au blanc quasi immaculé à l’intérieur des terres, nous passons à un littoral accidenté et très vallonné, toujours aussi humide et dense. La végétation est d’un vert intense où alternent les yucas et les grandes étendues d’herbes encerclées des immenses palos mulatos, aux troncs rouge vifLa mer apparaît à l’horizon. D’un bleu roi intense à un bleu turquoise selon les endroits de la côte.

11h30, le village de Playa Hermosa. Je meurs de faim, et m’arrête dans un petit boui-boui qui sert de délicieux cocktails de fruits de mer.

Une route nous sépare de la plage, 5 pélicans se dorent au soleil. Au fil des minutes, j’observe le ballet des pêcheurs qui rafistolent leurs filets, suivis de quelques familles qui se baignent en bord de plage. Les enfants sont méfiants, tous ne savent pas nager, mais ils ne manquent pas d’idée pour s’amuser.

Encore une heure de trajet. La route est assez sinueuse, le bitume abîmé voir inexistant parfois, on retrouve la joie des topes (ralentisseurs mexicains) qui ne préviennent pas. On longe la lagune de Catemaco, qui semble gigantesque, et ses montagnes. C’est magique : un paysage extrêmement diversifié, une campagne à la fois calme et dominée par une forêt tropicale et chaude. 12h30 : j’arrive à Catemaco.

Six jours de découvertes

Direction le Zocalo, la place principale. L’effervescence est à son comble en cette semaine sainte. Les allers et venues dans l’enceinte de l’église sont nombreux à toute heure de la journée. À l’extérieur, quelques vendeurs et vendeuses de tacos, jus de fruits et eaux aromatisées. J’en profite pour boire un verre d’eau de jamaïca (infusion froide et très rafraîchissante à la fleur d’hibiscus, plus connue sous le nom de bisap en France ou en Afrique). À quelques rues de là : halte dans une petite maison pour acheter bouteilles de torrito, boisson alcoolisée à base de canne à sucre, très sucrée et parfumée. Je me laisse convaincre et en achète trois à la noix de coco, fraise et pignon. Je ne serai pas déçue !

C’est à 20 minutes de là que je m’installerai pendant quelques jours, dans le village de Pozolapan, sur les bords de la lagune. L’endroit fait rêver. À cet endroit du lac, l’eau est douce et même potable. On s’y baigne sans problème. Je ne serai pas au bout de mes surprises le jour où je découvre de magnifiques aigrettes en train de parader au petit matin, puis de charmants scorpions et tarentules à la tombée de la nuit. Aucun danger, ils sont inoffensifs ! Déconnexion garantie.

4 jours plus tard, je reprends la route vers Sontecomapan. J’en profite pour m’arrêter à la Cascade de Posa Reina, à côté de Miguel Hidalgo au dessus du lac de Catemaco. Un endroit secret et retiré dans les terres, idéal pour y passer une journée entière et y pique-niquer.

De bonnes adresses où vous serez toujours bien reçus

Pour terminer en beauté, je vous recommande deux auberges éco-touristiques de qualité et insolites !

– A quelques kilomètres de Catemaco, chez Sacha au Rancho Bahia Escondida. Installé dans le village de Pozolapan au bord de la lagune de Catemaco, Sacha vous accueille a bras ouverts dans son auberge (dortoirs, camping et cabanons) et il sera ravi de partager avec vous ses bons plans et sa bonne cuisine. Vous vous y sentirez vite chez vous. Accès via la route qui longe la lagune en voiture ou taxi collectif depuis le centre de Catemaco, puis 500 mètres de marche sur un sentier.

– Sur la lagune de Sontecomapan, allez faire un tour du côté de l’Hostal de los amigos. Le paradis en somme ! Pour vous y rendre : entre Catemaco et Montepio, prenez une barque depuis le village de Sontecomapan, à deux pas du restaurant La Posa. Si vous êtes 6 à 8 personnes, négociez avec l’un des propriétaires des barques collectives votre aller-retour vers l’hôtel et une petite balade dans la mangrove. Cela vous coûtera moins cher qu’un voyage individuel. Le moment idéal pour ce tour en bateau : tôt le matin ou en fin de journée pour profiter de la lumière incroyable sur la lagune à ces heures de la journée.

Une fois sur place, l’Hostal de los Amigos est un petit bijou. Assez calme, l’ambiance y est peut-être plus préservée et familiale ! Les propriétaires sont tout aussi soucieux de préserver leur environnement que de bien accueillir leurs hôtes. Pour une nuit, comptez 150 pesos en dortoir avec un petit-déjeuner copieux. Les poissons grillés ou en papillotes sont à tomber. Vous vous réveillez sur la lagune et la plage n’est à 5 minutes en bateau !!! Le rêve.