Le nez dans la poudre

Le scandale Delarue fait tout une histoire. C’est que la poudre blanche a beau ne plus être l’apanage de la jet-set, elle ne colle toujours pas dans la photo de famille. Le gendre idéal, tombé de son piédestal, serait-il finalement qu’un homme comme les autres ?

Voix brisée, traits tirés, l’émotion est palpable. Les excuses n’en semblent que plus honnêtes. Comme le fils prodigue, Delarue implore une seconde chance dans un enregistrement réalisé sur le plateau de son emission et diffusé largement sur le net. Le public applaudit. Bien sûr, il faudra regagner la confiance, se soigner, promettre de ne plus pêcher. Bien sûr, comme dans les familles on saura pardonner. Et puis, c’est dans l’épreuve que naissent les vrais sentiments, « born again » comme ils disent aux USA. Il faut avouer qu’en tant que téléspectateur lambda, en son for intérieur, on est un peu soulagé. Même les plus grands peuvent tomber, eux aussi traversent des moments durs et sombres.

A force d’émissions comme « à l’âge d’être grands-pères, ils sont devenus papas » et autres « ils vivent leur double-vie au grand jour », Delarue passe de l’autre côté de l’oreillette, du côté des malmenés de la vie, de ceux qui s’en prennent plein « la poire ». Ce n’était pas le premier faux-pas de Delarue mais celui de trop. Après un épisode aérien hallucinant et une remise des Globes de Cristal en 2009 scandaleuse, c’est la chute dans la poudreuse ce mois-ci. Et France Télévisions de demander bien poliment à l’animateur-producteur de se faire remplacer par Sophie Davant, jugée plus lisse. On est loin du panache revendiqué d’une Françoise Sagan cocaïnomane. Etonnant paradoxe, au moment où la poudre blanche semble se démocratiser, elle n’en est que plus moralement jugée. Finies les années 60, bienvenue dans la période hygiéniste des années 2010, où fumer tue et où chacun se doit de manger 5 fruits et légumes par jour. Vous l’aurez compris, la cocaïne c’est « pas bien pour la société, pas bien pour soi-même » et c’est Delarue qui vous le dit !

Problème de riches

Mais voilà, 16 grammes de cocaïne retrouvés au domicile de l’animateur. A 60 euros le prix médian du gramme de chlorhydrate de cocaïne aujourd’hui observé, l’addition s’élève à 960 euros. Et puis, la cocaïne maintenant c’est pas qu’un truc de riche. « Les milieux sociaux concernés par cette consommation sont devenus tellement larges et hétérogènes qu’il est difficile aujourd’hui de dresser un portrait type du consommateur. » Delarue, finalement, c’est un mec comme tout le monde, ça pourrait être le fils de la voisine. Comme tout le monde ? Enfin, pas tout à fait. Aux commandes de Réservoir Prod, il est le père de Ca se discuteJour après jour, Vis ma vie, puisque C’est mon choix, ou encore Toute une histoire … La psycho-réalité c’est un peu son bébé, et il en connaît un rayon pour faire pleurer dans les chaumières. « Il m’a conseillé de laisser s’installer les silences » explique Sophie Davant.

Le parole est d’argent, le silence est d’or

Et ça paye. A la tête de 3 entités de production, il était l’un des animateurs les mieux payés en France en 2008 selon VSD avec 40 000 € de revenus mensuels et 30 millions d’euros de patrimoine. Et l’appartement parisien que l’on découvre dans le Gala du 22 septembre dernier a de quoi faire rêver la ménagère. Peut-être sur les paroles d’un certain Eric Clapton :

If you living is gone
And you wanna ride on, cocaine
Don’t forget this fact
You can’t get is back, cocaine