Le calorifugeage : comment cela fonctionne et quels en sont les avantages ?

Derrière le terme de calorifugeage, dont le sens est souvent méconnu, se cache une opération simple et efficace qui permet de faire des économies d’énergie. Comment ? Cet article en donne l’explication.

Calorifugeage ? Quésaco ?

Le calorifugeage est une opération d’isolement des tuyaux d’une installation de chauffage et d’eau chaude dans un immeuble. Lorsque la chaudière, qu’elle soit collective ou individuelle, est installée dans un endroit non chauffé, un sous-sol ou un parking par exemple, la température de l’eau dans les tuyaux qui en sortent peut se voir réduite avant d’atteindre les logements de l’immeuble ou les pièces de la maison (on peut observer une baisse de jusqu’à 10ºC à quelques mètres en amont). Cette baisse de la température est due à l’échange d’énergie (thermique dans ce cas) de l’eau qui circule dans le tuyau vers l’extérieur. L’isolation consiste à recouvrir les tuyaux d’un isolant thermique, appelé calorifuge, dont le matériau peut être de la laine de verre, du liège, du polystyrène, de la mousse phénolique ou du verre cellulaire. Selon les isolants utilisés et les caractéristiques de l’installation de production d’eau chaude, une classification de 1 à 6 est attribuée. Plus la classe est élevée, plus l’isolation réalisée est efficace. Les réservoirs ou les citernes de l’installation peuvent également être isolés, même si c’est généralement les tuyaux qui sont en premier lieu l’objet du calorifugeage.

Moins de pertes de chaleurs, plus d’économies d’énergie

Le but qui est recherché dans une opération de calorifugeage est la réduction de la perte de chaleur de l’eau qui circule dans les tuyauteries. Si l’eau qui arrive aux logements est plus chaude, la consommation que les habitants en font est moindre. En effet, les radiateurs émettent plus de chaleur et la proportion d’eau chaude utilisée dans les sanitaires est moindre. Du coup, la chaudière n’a pas besoin de produire autant d’eau chaude. La conséquence directe de cette meilleure efficacité du système de chauffage est une économie d’énergie qui se traduit par une facture énergétique moins élevée. Pour les propriétaires des maisons individuelles et les locataires des immeubles, le calorifugeage est synonyme de baisse des montants des factures et des charges respectivement. Pour l’environnement, le calorifugeage est synonyme de réduction d’émission de gaz à effets de serre.

Une opération financée

L’engagement de la France de réduire d’au moins 20% sa consommation énergétique et ses émissions de gaz à effets de serre d’ici à 2020 a abouti en 2005 à la mise en place du dispositif des Certificats d’Economies d’Energie (CEE). Les vendeurs d’énergie (électricité, gaz, chaleur, froid, fioul domestique) se sont vus dès lors obligés, sous peine d’une pénalité d’un montant dissuasif, à encourager les consommateurs à réduire leur consommation d’énergie. Le calorifugeage faisant partie des opérations de rénovation énergétique qui entrent dans le cadre de cette politique, les copropriétés qui le réalisent bénéficient d’une prime énergie qui, dans la plupart des cas, se traduit par un financement à 100% des travaux. Le calorifugeage est donc une manière simple et peu coûteuse de réduire la facture énergétique des immeubles tout en préservant l’environnement.