Grise mine sur les terrasses et dans nos assiettes ? !

Yallah les enfants, le printemps est de retour et notre appétit toujours aussi grand ! Vive la sortie de l’hiver et les étalages des marchés qui commencent à reprendre des couleurs pour le plus grand bonheur de nos yeux et de nos palais.

Bravez l’interdit, sacrilège ?

Et oui, bien que « manger local » et si possible bio soit dans l’air du temps et désormais devenu plus que politiquement correct, je me réjouis de l’arrivée du printemps et donc de nouveaux fruits et légumes dans nos rayons. Loin de moi l’idée de prôner la consommation de tomates (sans goût, penses à tes papilles) au plein cœur de l’hiver (……penses à ta planète et à tes petits enfants!)Difficile mais pas impossible de concocter de petites merveilles pour redécouvrir le chou, carottes, betteraves, courges, pommes de terre, poireaux, lentilles ! Ce n’est pas pour autant que j’ai été tentée de braver cet interdit (?) au cours des derniers mois pour égayer plats et dîners. Les tomates pelées en boîte auront fait l’affaire à plusieurs reprises.

Vous l’aurez compris, c’est donc sans regrets que je m’apprête à laisser ces conserves dans mes placards et avec hâte que je me laisserai happer par les étales variées et plus colorées des semaines à venir.

Avant-goûts rabatis et casablancais

Histoire de nous mettre l’eau à la bouche – direction Rabat et Casablanca. Cette échappée ensoleillée au cœur des Medina de ses deux cités a envoûté mes yeux et mes papilles ! Balade culinaire et photographique dans les dédales du quartier des Habous de Casa, marché aux olives, épices en tout genre, un régal à chaque coin de rue.

A l’ombre des bougainvilliers et en guise de déjeuner : hésitation entre un tajine fondante, citronnée et parfumée ou un poisson grillé péché le matin même. Pour clore cette explosion de saveurs, découverte d’une succulente pâtisserie : la pastilla au lait et à la fleur d’oranger. Curieuse et surtout très gourmande, il aurait été dommage de ne pas se laisser tentée par un succulent meloui au miel encore tout chaud pour accompagner un thé à la menthe dans la Casbah des Oudayas.