Elle court, elle court la polémique

«Les Français issus de l’immigration sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes… C’est un fait». La petite phrase de Zemmour du 6 mars dernier, n’en finit pas de faire débat. Polémique réelle ou magnifique coup de pub ? Retour sur les faits, réels …

Malaise, Malaise

Sujet brûlant que celui de la délinquance. Sujet bouillant que celui des origines. Surtout quand Zemmour dérape. Par deux fois. Sur Canal +, puis sur France O dans Hebdo le chroniqueur s’exprimait : « Ce sont les gens qui créent l’apartheid (…). Quand dans un immeuble, la population bascule vers une majorité d’immigrés, les gens s’en vont. »
Des propos qui défrayent la chronique suite aux plaintes de la Licra – plainte retirée après les excuses écrites d’Eric Zemmour – et aux menaces de licenciement du Figaro et de France Télévisions. Il n’y a que Philippe Bilger, avocat Général près la cour d’appel de Paris, pour défendre publiquement sur son blog ses propos. Une défense de la « liberté d’expression » et non de Zemmour, qui lui coûte aujourd’hui une convocation par le procureur général.

Face à tous ces rebondissements, il y a malaise pour la petite chroniqueuse que je suis. Je dois avouer ne pas avoir été choquée par les interventions de l’éditorialiste. Suis-je raciste ? Ou tout simplement habituée aux propos gratuitement provocateurs d’un Zemmour, souvent sur la corde raide, souvent machiste, souvent raciste ? Ou encore, est-ce que je prends trop de recul en me disant que ces phrases ont été sorties de leur contexte et passées à la moulinette du montage ? A moins, que ce ne soit les réactions extrêmes et parfois purement médiatiques suscitées partout ?

Des chiffres, des faits

Je ne sais pas, et vous laisse seuls juges. Mais ce que je sais, c’est que les statistiques sur la délinquance en fonction de la couleur de peau ne sont pas nombreuses. Parce que discriminantes. Et que les seuls chiffres qui existent sont ceux du registre de police, le fichier Canonge. Un fichier qui comprenait 103 000 personnes référencées comme le révélait l’Express en 2006. Parmi lesquelles 37% étaient blanches, 29% étaient nord-africaines, 19% étaient noires.

Eric Zemmour aurait-il raison ? Non, car comme le montrait Rue89, ces données sont faussées, parce que brutes. Il faut les relativiser, les expliquer, et comprendre les facteurs socio-économiques. D’autant plus que les sociologues montrent que les noirs et les arabes ont 6 à 8 fois plus de (mal)chance d’être contrôlés par la police qu’un blanc.

« Bilger et Zemmour ramènent la sociologie de la délinquance à l’origine ethnique alors qu’en fait il faut regarder du côté de l’origine socio-économique » affirmait Jean-Pierre Rosenczveig, président du tribunal pour enfants de Bobigny. « C’est le statut social des gens qui commande les pratiques illégales ».

Un peu de provocation pour beaucoup de promotion ?

Ce sont ces chiffres là qui me choquent. C’est sur ces faits que j’aimerais que médias et politiques interviennent pour donner de la voix. Après, Zemmour, il y a ceux qui le détestent, et il y a ceux qui l’aiment. Ce qui est sur, c’est que la promotion de son livre est assurée ! Mélancolie française fut même décoré du prix du livre incorrect ce jeudi midi. Il y a fort à parier qu’il y aura foule sur le stand de son éditeur au Salon du livre de Paris.

Et si finalement, les faits étaient oubliés et que la provocation, était juste le meilleur des gagne-pains des triblions modernes !