C’est l’alu !

Un métal si léger qu’on ne le sent pas, si économique qu’on ne le compte pas… Il compose ma voiture, ton vélo, les casseroles Ikea comme celles de ta grand-mère, l’avion de Ben Ali et il brille… Bon vous devinez là !

L’aluminium est en effet le métal le plus populaire du XXe siècle. Utilisé dans l’industrie, les infrastructures, les outils ménagers – ustensiles de cuisine – et de consommation courante comme l’eau, les canettes et les conserves. Une telle exploitation m’a amenée à me demander, de façon très originale dans cette chronique : mais d’où provient cet aluminium (jamais vu de mine d’aluminium en France) quel est l’impact environnemental de cette extraction, comment l’aluminium arrive t-il dans nos chaumières et, au hasard, quels sont ses effets sur la santé?

Passe-moi le rouleau

L’aluminium représente un peu plus de 8 % de la croute terrestre, composée surtout d’oxygène (64 %) et de silicium (28 %) et s’obtient par l’électrolyse de la bauxite, une roche rouge découverte en 1831 près de Baux-de-Provence.

En moyenne, quatre tonnes de bauxite sont nécessaires pour produire une tonne d’aluminium. Ce métal est très commode puisqu’il ne rouille pas, est léger et très résistant, conduit la chaleur et le courant (semi-conducteurs et gros câbles électriques entourés d’aluminium pur), ne dégage pas de gout dans l’alimentation et n’est pas, dans la limite de certaines doses, toxique pour l’homme.

Si l’extraction et la fabrication d’aluminium sont très énergétivores, un point positif émerge : son recyclage est possible à 100% et en consommant seulement 5% de l’énergie nécessaire á la production primaire.

D’où viens-tu?

Ses principaux gisements sont situés en Guinée Bissau, à la Jamaïque, en Chine, au Surinam, en Australie et en Russie. La quantité d’alumine présente dans la bauxite est très variable selon les gisements, mais seuls les minerais en renfermant plus de 45 % sont exploitables.

La France en 2007 a importé 66 millions de tonnes de produits métalliques et dérivés. Nous n’en produisons presque plus en effet. Alors si vous tapez « importation aluminium » sur Google, vous vous retrouvez en Chine, c’est impressionnant… Depuis 2005, la Chine est en effet devenue le premier producteur et consommateur d’aluminium, loin devant l’Australie longtemps détentrice du titre. Ce surgissement est surtout dû au dynamisme des secteurs des transports et du bâtiment chinois.

On en mange beaucoup ?

En fait, 95 % de l’aluminium qu’on a dans notre corps provient de notre alimentation et de l’eau que nous buvons, dans un procédé totalement naturel. Il faut ajouter à cela l’exposition à l’aluminium présent dans l’air, dans les médocs, vaccins par exemple, les cosmétiques, déodorants en sont bourrés et il parait que c’est pas top pour les cancers du sein, et les ustensiles de cuisine.